1970-1975 – La FALLOPE dans le cambouis

Du temps de sa grandeur (années 70-75…), la Fallope se déplaçait dans deux Tractions avant limousines avec 3 glaces sur les côtés.

Deux versions de ces limousines ont été fabriquées par Citroën :

– la Familiale, qui avait 2 places à l’avant, 3 places à l’arrière + 3 places en strapontins entre l’avant et l’arrière (attention les genoux !). Nous en avions une, immatriculée 920 PM 37 et surnommée « Sophie » pour strapontin.

– la Commerciale, qui avait 2/3 places à l’avant et 3 places à l’arrière. Nous avions aussi ce modèle, immatriculé 979 EB 37 et dénommé Charlotte (pour commerciale).

Ces voitures étaient très spacieuses à l’arrière et on pouvait s’allonger confortablement pour de longs trajets, en rabattant toutefois les strapontins quand on était à bord de Sophie. Les instruments étaient logés dans une remorque tractée par cette même voiture..

En dehors des voyages, les deux voitures étaient garées dans l’enceinte de la Faculté de Médecine, au niveau de l’actuelle Bibliothèque, avec sortie possible sur le Boulevard Tonnellé. Un garage nous avait été mis à disposition par M. GANNIER, alors Secrétaire de la Faculté de Médecine, avec la possibilité d’installer un palan au dessus de la porte d’entrée. Nous pouvions ainsi changer des moteurs sans difficulté.

Deux fanfarons avaient été désignés pour assurer l’entretien et les réparations de ces voitures méritantes, qui nous ont rendu bien des services.

Ce sont les voyages vers ou au retour des stations alpines qui furent les plus riches en incidents de toutes sortes.

Un voyage épique de Tours vers Morzine illustre bien les problèmes auxquels nous pouvions être confrontés.

Nous étions partis de bon matin une veille de Pâques 1973 après avoir chargé le convoi. A la sortie de Saint-Avertin, je dois m’arrêter car la voiture (Charlotte) ne tire plus et une odeur de garnitures surchauffées règne dans l’habitacle. Je démonte une roue arrière et je constate qu’à chaque coup de frein, le liquide du circuit (le fameux « Lockheed…) reste sous pression et la voiture freine des quatre fers ! Je réalise que, la veille, j’ai changé un joint dans le cylindre actionné par la pédale de frein (le maître-cylindre) et j’ai dû le remonter à l’envers. Que faire ? On décide de partir à Vierzon en ouvrant  le circuit autant de fois qu’il le faudra et en évitant de freiner autant de fois qu’on le pourra…

Nous atteignons Vierzon sans encombre (facile à dire…) en ce samedi matin encore peu fréquenté et nous nous rendons chez un marchand de pièces automobiles pour acheter un maître-cylindre neuf. Mise en place  de l’appareil, serrage des raccords, purge du circuit, tour du pâté de maison : rien d’anormal ! Après avoir abandonné une boîte de sardines vide sur le parking, nous repartons vers 10h30-11h en direction de Bourg-en-Bresse que nous atteignons en début de l’après-midi. (photo 1)

Photo 1

En repartant d’un feu rouge dans Bourg-en-Bresse, je vois dans le rétroviseur que Sophie reste arrêtée et un fanfaron court jusqu’à notre voiture. « La Trac perd son huile » s’écrie-il.

Alors je vois se profiler la deuxième série de problèmes de la journée.

Sophie a éclaté sa boîte de vitesses et elle est devenue irréparable avec nos petits moyens.

On gare donc les voitures sur une esplanade où des joueurs de pétanque s’adonnaient à leur sport favori et je demande si quelqu’un saurait où se trouve une casse automobile dans les environs, pas trop loin si possible. On nous répond : « Un samedi après-midi, veille de Pâques ? A Viriat, vous avez peut-être vos chances !!! »

Pendant qu’une équipe commence à démonter la voiture (photo 2), nous fonçons à Viriat et trouvons la casse avec une personne encore présente dans la réception. A notre question, il répond ; « J’en ai justement une dehors, une boîte encore accouplée à un moteur 11D,  le tout fraîchement démonté !!! » On demande : « Oui, mais on a pas besoin du moteur ??? » « Pas de soucis, emmenez ce que vous voulez !!! » Pour 200 F, on repart avec la boîte de vitesses, avec le regret de ne pouvoir emmener le moteur un peu trop lourd !!!

Photo 2

De retour à Bourg-en-Bresse, je trouve l’autre Traction avec l’avant démonté, prêt à recevoir la nouvelle boîte. Les fanfarons commençaient à avoir l’habitude  de cette manip ! A la nuit tombée, la voiture complètement remontée, je pars faire un tour. Verdict : l’embrayage patine. Avec la voiture complètement chargée, on ne pourra pas monter dans les stations. On décide alors de rester dormir sur place. Les deux mécaniciens coucheront à l’hôtel, les autres fanfarons passeront la nuit allongés dans les voitures, au chaud (?) dans les duvets. Après un solide petit déjeuner, on règle l’embrayage qui ne patine plus et nous repartons pour Morzine, après avoir laissé la boîte de vitesses éclatée sur le bord du trottoir (bravo pour l’environnement !!!).

Nous arriverons à Morzine à l’heure prévue mais c’était juste le lendemain !!!

Morale de l’histoire

Sophie et Charlotte, à qui nous demandions beaucoup, auraient dû bénéficier de plus de soins pour ne pas tomber si fréquemment en panne. Mais nous étions alors pour certains des novices en mécanique, fort occupés par ailleurs…

Juste deux mots sur la pub Citroën de l’époque, qui dressait à l’intention de la clientèle un inventaire à la Prévert des chargements possibles de cette voiture (pas tous à la fois évidemment…) :

– 6 moutons de 50 kg

– 2 veaux de 100 kg

– 400 kg de pain

-18 pots de lait de 20 l

– 2 barriques de 250 l de vin

et j’en passe…

Voila pour la semaine et le Dimanche, la famille du boucher remplaçait les veaux, après un seau d’eau sur le plancher…Eh oui, Citroën avait même prévu une trappe pour l’écoulement ! *

Enfin, pour le propriétaire et à toutes fins utiles, je joins un compte-rendu d’une visite de sécurité effectuée le 30/10/1974 qui mentionnait des points à corriger sur la voiture. Nous avons certainement dû vérifier tout cela à l’époque mais il vaudrait mieux y jeter un œil de nouveau, un oubli est toujours possible…

Amitiés du Quai de Javel et merci à ceux qui ont eu le courage de me lire jusqu’au bout !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *