29 novembre 1968 – La naissance de la FALLOPE

C’est le 29 novembre 1968 que les statuts de la Fanfare de Médecine ont été déposés à la préfecture du Loiret en tant qu’association de loi 1901. Elle se proposait de « perpétuer les traditions musicales et chorales des étudiants en Médecine «Elle rassemblait alors des étudiants en Médecine et Pharmacie.
La Fallope fut d’abord dirigée par Pierre BONNAL, saxophoniste, étudiant en Pharmacie. Les 4 fanfares étudiantes en France (DIJON, LYON, PARIS et TOURS) se retrouvaient, à  l’époque, pour des congrès annuels paillards et festifs (voir article « 1971 à 1974 – LA FALLOPE assistait à des congrès nationaux »). Celui de TOURS en 1972 réunit plus de 100 musiciens à l’hôtel de ville et aussi dans les caves de MONTLOUIS et de CHINON.

 Nuit de la Médecine 1973 – Photo 3

Après la disparition de Pierrot en 1973, une nouvelle génération de potards et de carabins prit en main les destinées de la Fallope en perpétuant avec entrain la tradition rabelaisienne de l’institution.
Le répertoire musical (et aussi vocal) nécessitait une connaissance parfaite du bréviaire, ce qui donnait lieu à un contrôle de connaissance lors d’un examen qui s’appelait bizutage… mais, ceci est de l’histoire ancienne bénéficiant d’une prescription. Ce répertoire s’élargit aussi aux airs populaires français et même à quelques standards de la Nouvelle-Orléans.
   

Gauche : photo prise lors du match de rugby Médecine-Pharmacie / Droite : photo de la fanfare A la traditionnelle avec la traditionnels « queue de pie et haut de forme «

Fière de ses deux Tractions avant familiale et commerciale, peintes à ses couleurs, la Fallope participa à de nombreuses festivités à la Faculté, en supportrice du T.E.C. (équipe de rugby de la fac) et aussi des fêtes de village, des animations de vacances dans les Alpes. Elle a même produit un 33 tours, aujourd’hui vintage : «  la grosse Lulu ».
Les déguisements étaient multiples. A la traditionnelle « queue de pie – haut de forme «  (photo 1), s’ajoutait la tenue « Nouvelle-Orléans » avec gilet noir et chapeau melon comme lors des match rugby Médecine-Pharmacie (photo 2)…mais aussi des tenues improvisées dignes de travestis comme lors de la Nuit de la Médecine 1973 (photo 3).
Le temps a passé, mais il y a des survivants toujours prêts à astiquer leurs instruments…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *