20 novembre 1956 – Le Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR) ouvre ses portes

Portrait de Gaston BERGER, fondateur du CESR

 
Le Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR) est créé en 1956 à l’initiative de Gaston BERGER, philosophe et directeur de l’enseignement supérieur, qui en confia la direction à Pierre MESNARD de 1956 à 1969, une de ses personnalités marquantes. Leur idée était de fonder en France un centre interdisciplinaire de dimension internationale et consacré à l’étude de la civilisation de la Renaissance, à l’image du Centre d’études supérieures de la Civilisation Médiévale (CESCM) de Poitiers pour le Moyen Âge.
 

Portrait de Pierre MESNARD, premier directeur du CESR (1956-1969)

 
La place de la Renaissance dans le Val de Loire et particulièrement en Touraine tant du point de vue architectural (les châteaux d’Amboise, Azay-le-Rideau, Chenonceau, Chambord…) que littéraire et artistique (Rabelais, Descartes, Bourdichon, Colombe…) n’a pas été étrangère au choix de Tours pour la création du CESR. La Renaissance représente ainsi en Indre-et-Loire une période fondamentale dont la connaissance approfondie est particulièrement riche d’enseignements.
Initialement prévue le 1er octobre 1956, l’ouverture du CESR, qui doit subir de nombreux travaux d’aménagement, est retardée de quelques semaines. Un carnet de bord tenu par le premier directeur Pierre Mesnard nous indique toutefois la date de la première séance de travail le 20 novembre de cette même année : « Les séances de travail ont lieu dans le bureau personnel de M. Mesnard. Les chercheurs en pardessus travaillent sur les trois valises de documents personnels du Directeur. Un petit radiateur électrique suffit à faire sauter les plombs […] Les chercheurs se réchauffent en déplaçant quotidiennement 40 caisses de déménagement d’après la fantaisie des peintres et autres travailleurs ». Le lundi 17 décembre, une cérémonie conviant les plus hautes personnalités de la Ville et de la Région officialise l’ouverture du Centre.
L’année suivant sa création, le CESR organise le premier « Stage » international d’études humanistes intitulé L’Érasmisme et ses répercussions dans les divers domaines de la culture, initiant ainsi une tradition qui se perpétue encore aujourd’hui, chaque été. Ces rendez-vous annuels sont l’occasion d’échanges fructueux qui permettent de réunir des chercheurs de toutes disciplines et de toutes nationalités autour d’un thème commun. À l’origine, ces stages duraient 3 semaines et se déroulaient en salle Saint-Martin. En 1970, les « stages d’études humanistes » deviennent « colloques internationaux d’études humanistes » ; organisés au début de l’été, ils sont numérotés à la suite des stages dont ils prennent le relais. Bien que plus réduits dans le temps, ils continuent à porter la même ambition.
 

 Troisième Stage d’études humanistes (1959)

En 1956, le CESR est relié administrativement à l’Université de Poitiers. La création de l’Académie Orléans-Tours en 1962, puis de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Tours en 1967, opèrent un rapprochement administratif entre le CESR et Tours. En 1969, cinq départements sont créés au CESR : Philosophie ; Histoire Humaniste ; Pensée poétique ; Musicologie ; Histoire de l’art ; Histoire des sciences. Cette même année, suite au décès de Pierre MESNARD, la direction du centre est assurée pour quelques mois par Jacques ROGER, alors doyen de la Faculté de Lettres et Sciences Humaines de Tours, jusqu’à l’élection d’André STEGMANN en 1970.  Le CESR devient officiellement une Unité d’Enseignement et de Recherche de l’Université François-Rabelais de Tours à sa création en 1970.
 

  Première bibliothèque du CESR

Sources de l’article / Jean-Claude Margolin : Centre d’études supérieures de la Renaissance : rétrospectives et prospectives, 1982 « Naissance et renaissance, 60 ans d’histoire au CESR », Microscoop, magazine de la délégation CNRS Centre Limousin Poitou-Charentes – no 75 – Février 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *