15 au 19 novembre 2010 – Découverte du gamelan javanais du CFMI à l’Escale de Saint-Cyr-sur-Loire

Pourquoi le Centre de Formation des Musiciens Intervenants de l’Université (CFMI) de Tours s’est-il doté de ce gamelan javanais complet (pélog et sléndro) fabriqué en 2004 à Surakarta (Java centre) ? Cet ensemble instrumental traditionnel caractéristique des îles de Java et de Bali en Indonésie est essentiellement composé de percussions en bronze et en fer (gongs, instruments à lames) et tambours. Xylophone, vièle, cithare et chant peuvent y être associés. Pas facile à transporter en écoles, à la crèche ou dans les établissements accueillant les enfants en situation de handicap, direz-vous ! A juste titre… Cet ensemble est considéré comme un seul instrument malgré la multitude d’objets qui le constituent. Dans ce contexte singulier où les sons ne ressemblent pas à ceux de nos gammes occidentales, où notre oreille se réorganise autour de nouvelles échelles, chaque instrumentiste fait en effet partie d’un tout, chacun doit connaître la partition du voisin et être en capacité d’interpréter l’ensemble des parties de ce tout. Cette autre forme de compréhension sonore et musicale nous confronte à une nouvelle définition de la fonction du musicien qui doit s’exposer à connaître l’intégralité d’une pièce pour en interpréter une partie, pouvoir changer de place et de rôle en fonction des contextes, des besoins… A la singularité de l’univers sonore, culturel et du contexte d’’apprentissage s’ajoute la singularité de la posture physique : souvent assis en tailleur ou à genoux, les musiciens se côtoient, déchaussés, et n’enjambant jamais l’instrument.

Depuis quelques années, les publics découvrant et pratiquant ces musiques ne sont pas seulement les étudiants du CFMI… Les 15-19 novembre 2010, le Gamela était à l’Escale de Saint-Cyr-sur-Loire. Le parc instrumental migre en effet, rejoignant certaines destinations départementales pour permettre des immersions de classes des écoles et des conservatoires, pour le bonheur des enfants, des enseignants et professeurs de musique en découverte d’une aire culturelle particulièrement riche en traditions artistiques, en compréhension des liens profonds unissant musique et société. L’accessibilité des instruments du gamelan, la simplicité des formes musicales, l’apprentissage basé sur la transmission orale et l’imitation permettent en effet à toute personne, musicienne ou non, de s’approprier rapidement les bases techniques suffisantes pour l’interprétation de certaines pièces traditionnelles, c’est sous la direction de Dominique BILLAUD, chargé de cours au CFMI, que les étudiants de l’université de Tours ont pu bénéficier de cette immersion dans le cadre des UEO, puis du CERCIP. Les mondes de la physique, de la biochimie, de la psychologie ou du droit… se côtoient en harmonie, dans un contexte déstabilisant mais riche en nouvelles appropriations. La grande diversité des instruments (gongs, lames, tambours…) et de leur vitesse de jeu permet aussi de valoriser les compétences des musiciens les plus confirmés et certains s’essaient avec bonheur à rechercher de nouvelles dextérités… Venez voir, essayer…

 

Echo des pupitres « Découvrir un « instrumentarium » extra européen : Le Gamelan javanais »

 

La Nouvelle République – Le gamelan javanais : une merveille !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *